zurück VAZ-Homepage vorwärts      

© Vereinigung alternativer Zeitungen und Zeitschriften (VAZ)

powered by mediaweb.at
designed by Robert Zöchling

La presse parallèle, le discours public et la politique

Ce qui charactérise principalement la presse parallèle est que ses devoirs et son importance ne sont remarqués que lorsqu'elle n'existe plus. Ce n'est qu'au moment de la perte d'une possibilité d'articulation et de communication, qu'on découvre que la liberté de penser ne vaut rien si on ne peut pas publier et diffuser cette pensée. Les devoirs et l'importance de la presse parallèle ne sont remarqués que:

• lorsque l'universitaire ne peut plus s'offrir en dehors de son travail scientifique et quotidien de mettre en valeur sa surproduction de pensées, qui est forcement critique, à la disposition d'un public et d'une discussion, autrement dit, quand il ne peut plus suivre, par manque de diffusion, son devoir d'intellectuel. Il reste bien sûr les nouveaux médias comme l'internet et la radio, mais ils ne peuvent pas remplacer la base de discussion qu'avait déjà su et sait encore créer la presse parallèle.

• lorsque l'artiste doit s'adapter à la critique d'art des masse médias et suivre le goût du temps ou plutôt de la nation et se trouve diffamé et bafoué s'il ne s'adapte pas. Lorsque les masse médias décident si une œuvre d'art est "entartet" ou si elle est mure pour le marché ou bon pour le peuple. La presse parallèle, seule, se permet alors de livrer une critique d'art, de théâtre, de film, de littérature contemporaine, hors de la mise en valeur pour le marché ou la nation.

• lorsque des personnes ou des groupes qui ne sont pas d'accord avec cette société ou même la refusent, en essayant de critiquer ses institutions et la base de celle-ci, ne trouvent plus de possibilités pour publier leurs opinions ou bien de manifester au moins leur volonté d'en discuter. Dans cet isolement ils commencent à favoriser la révolte par acte à la révolte intellectuelle et se sentent entre autre obligés de prendre recours à la violence.

• lorsque ceux qui sont critiqués; les adeptes des institutions politiques, les administrateurs académiques du savoir, les gardiens de l'art suprême se rendent compte qu'une critique, même si elle dérange, est favorable à la suspension des relations. Une critique détaillée et argumentée reste la preuve que le critique tient d'une certaine manière à l'objet et à la situation critiqués. En Autriche cette critique et les discussions qui en suivent ne se font que très rarement hors de la presse parallèle. En Autriche en grande partie les médias commercialisés ont mené par leur pauvreté dans le discours à la fin de la vie politique.

Les Médias Alternatifs ont souvent la fonction qu'avaient traditionnellement les médias en général. Mais ceux-ci se ont laissé engloutir par le marché. Il ne reste à toute personne qui cherche à s'articuler, à communiquer et à diffuser ses pensées, que les médias qui ignorent les lois du marché, comme les Médias Alternatifs et la presse parallèle.

En même temps les Médias Alternatifs se trouvent de plus en plus diffamés, voir presque criminalisés par la droite conservatrice et par l'extrême droite. Cette lutte idéologique se manifeste non seulement par la privation arbitraire des subventions d'état pour les Médias Alternatifs, mais aussi pour d'autres initiatives culturelles, ainsi que celles de citoyens. Les devoirs et l'importance que jouent ces initiatives pour la société ne sont souvent reconnus, que quand il est trop tard et que l'on ne peut plus reconquérir le terrain perdu.

A quoi peuvent encore se rapporter les Médias Alternatifs et leur public? Est-ce que les états ou la société en général n'ont plus l'intérêt d'intégrer les citoyens et leurs idées dans les processus sociaux et culturels importants, si ceux-ci ne suivent pas le mainstream qui se trouve sous l'influence du marché, de la consommation et des masse médias? Est-ce que la participation du citoyen se limite à faire parti de temps en temps à des élections? Est-ce que les processus qui forment la société ne sont plus que l'affaire d'un appareil administratif qui sanctionne et surveille le tout?

Il devient de moins en moins intéressant pour des auteurs de publier des propositions de réforme de société ou des critiques constructives, si d'une manière visible le désintérêt total pour la vie politique et sociale se répand partout. On a bien autre chose à faire que de parler à des murs. Le problème qui se développe et qui concerne non seulement les quelques éditeurs et politiciens qui en discutent, est la mise en cause de la cpacité d'intégration et de développement par la politique en général, surtout s'il elle ne veut pas continuer sans résistance à se laisser frapper par sa propre décadence.

Par le manque de confrontations constructives et du discours sur le développement de la société, l'avenir européen pourra bientôt ressembler au présent autrichien.

Il s'agit une dernière fois de se montrer ferme sur un principe: En Autriche les moyens réels pour pouvoir communiquer et diffuser des pensées ou des informations différentes et indépendantes n'a jamais atteint le niveau qu'on trouve ailleurs en Europe occidentale. Les dernières années, ces moyens furent gravement atteint et on peut dire que de nos jours il n'existe plus de discussion publique. Le gouvernement actuel ne cesse pas par sa politique dangereuse d'aggraver cette situation. Il est donc indispensable que toute prise de mesure pour reconquérir les possibilités de discours public, au niveau national, international, ou de société civile, soit une mesure d'urgence. Si des mesures efficaces, comme elles existent déjà dans d'autres pays, pour sauver, créer et développer des Médias Alternatifs, ne sont pas prises dans un délai rapide, la "société civile" ne pourra jamais s'établir en Autriche et on ne récoltera que la "société bourgeoise", prônée par le gouvernement actuel. Même si l'Autriche mérite cette "société bourgeoise", les dégâts seront à supporter par nous tous.

Il est d'autant plus important d'attirer l'attention sur le fait, que les dangers pour l'indépendance du discours public sont des faits donnés partout en Europe. Il est bien certain que dans une démocratie ancienne et développée, les Médias Alternatifs et la presse parallèle ont des structures importantes et économiquement plus indépendantes qu'en Autriche. La dynamique destructive du marché et de la politique envers les Médias Alternatifs, tel qu'elle se montre de façon efficace en Autriche, s'annonce à long terme pour l'Europe entière. L'Europe avait bien compris, lors de la mise en place du nouveau gouvernement autrichien, que quelque chose tournait mal. Il ne suffit pourtant pas de prendre des mesures au niveau diplomatique pour contrecarrer ce développement. Il est nécessaire de trouver des moyens efficaces pour soutenir la lutte contre le phénomène dangereux "Haider", qui est bien plus qu'un phénomène extrême droite.